Wednesday, March 21, 2007

Vote Utile et Emission Sanction

Il y a encore quelques temps, on votait pour des idées, un programme ou des valeurs.
Aujourd’hui c’est fini ! On a d’abord le vote utile, lançée par notre chère Ségolène Royal, un super discours politique comme on en fait plus qui est : « Voter pour moi, je sais je suis pas la mieux mais franchement les autres, ils sont pires et pis j’ai pas envie de faire mon Jospin même si j’admires De Gaule ». Mais à force de voter pour le « moins pire » , on va finir par se retrouver avec le pire du pire. Mais avant ça, après les élections présidentielles de 2002 avec l’apparition de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour, on a eu le droit à un nouveau vote. En fait, les gens n’aurait pas votés pour lui mais contre les autres, c’était les débuts fracassants du vote sanction.
Après ce fut le Non au référendum, qui incarna le fameux vote.
Mais tous cela va changer, c’est comme les slips, on doit changer régulièrement mais attention à la faute de goût. En 2002, ce qui était tendance, c’était un vieux monsieur, qui portait de temps en temps un bandeau pirate, hurlait, parlait de détails, dénonçait des complots contre lui et des élections truquées. En 2005, c’était la dictature du prolétariat, le guillotinage des bourgeois, et pour certains des turques, sur la place de la Bastille, l’annexion des Champs Elysées pour faire un kolkhoze géant où on y mettrai un peu tout les méchants.
En 2007, le vote sanction prends une autre tournure. Celle d’un type avec des oreilles trop grandes pour lui, dans un costard trop grand pour lui, dans un corps trop grand pour lui, que l’on va retrouver dans une salle trop grande pour lui pour nous parler d’idéaux plus vieux que lui. Et oui, le nouveau vote sanction c’est François Bayrou, non pas dessiné par Karl Lagerfeld, mais par Pierre Giacometti, Stéphane Rozes et Roland Cayrol. Alors oui, il fait peur, enfin il parait, moi on ne m’a pas prévenu… Bon, je me moque des sondages, mais c’est pas totalitairement, euhh totalement de leur faute. L’audimat des émissions politiques y ait pour quelque choses… si ce n’est beaucoup. Mais comment faire ? Pour les sondages, c’est facile, on raccroche et c’est réglé mais pour la télévision, c’est pas aussi simple…
Alors, je vous propose un nouveau concept, l’Emission Sanction !!!
Le principe est simple, vous n’aimez pas Bayrou ? Alors arrêtez de regarder l’île aux enfants et optez pour les Experts. Sarkozy vous donne de l’urticaire ? Désabonnez-vous de TF1 & Co et devenez accro à Téva, si si c’est possible ! Au contraire Royal vous sort par les trous de nez ? Boycottez les Maternelles de France 5, et tant qu’à faire son nouvel amant Patrick Poivre D’Arvor, par contre jetez vous sur Chantez la Vie de l’autre racis…de Pascal Sevran.
Alors oui, je sais ça va pas être facile, mais ne vous plaigniez pas trop, Laurent Fontaine ne présentant plus d’émission vous ne serez pas obligés de le regarder pour soutenir l’homme qui fait visiblement peur, le vote sanction nouveau, le Calimero de la politique, François Bayrou. Car, oui la nouvelle est tombée ce matin, Laurent Fontaine soutien François Bayrou. Nicolas Sarkozy vient de stopper le coupage des pattes de lapin, Ségolène Royal vient d’éteindre ses cierges à la chapelle Sainte-Rita et François Bayrou devrait demander la création d’un cercle fait de gousses d’ails et d’eau bénite.
Et Chirac ? Bin, il vous aimes !
Allez, éteignez votre télé et ouvrez vos yeux.

2 comments:

ptinounours said...

Mon cher Ziggy,
Tu découvres.
La belle démocratie conçue par les Grecs et portée aux nues par nos profs d'éducation civique, ce n'est qu'une théorie.
Déjà, Winston Churchill disait "La démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres..."
Nous sommes 60 millions de Français, il ne peut pas y avoir 60 millions de candidats.
Avant de voter de Gaulle, les Français avaient voté Pétain, -pas tous, mais une majorité démocratique-, et en 1933, les Allemands ont même élu Hitler par une élection tout à fait convenable.
Lorsqu'ils ont élu Mitterand, les Français, qui sont de droite, -je le déplore autant que toi- étaient prêts à tout pour ne jamais revoir Giscard. Et le seul bulletin de vote à droite de ma vie, je l'ai donné à Chirac en 2002 pour battre Le Pen aussi largement que possible.

Aujourd'hui, que nous arrive-t-il, à nous hommes de gauche? La gauche nous a déçu, mais on ne veut pas virer à droite pour autant.

Alors, les bulletins de gauche qui vont à Bayrou, ce sont ceux des électeurs qui ne veulent plus jouer à un jeu où ils perdent toujours, et qui ont décidé de casser le jouet et de renverser l'échiquier. (On pourrait d'ailleurs en dire autant des électeurs de droite qui s'apprêtent à voter béarnais parce qu'ils ne veulent pas, -eux non plus- subir Sarko..)

On a beau se foutre des sondages, ils sont tout de même là, et puis on a des yeux. Le PS commet maladresse sur maladresse, et les éléphants que Ségolène avait voulu évincer ont pensé qu'ils gagneraient mieux leur croûte dans l'opposition que dans les oubliettes d'un parti au pouvoir. Alors, ils ont forcé Ségolène à les reprendre,-quitte à la faire perdre- et le parti tire à nouveau à hue et à dia.

Et tout est donc reparti comme en 14. Alors, renforcée par les sondages, l'idée de briser le système fait son chemin, et Bayrou n'a eu que la chance d'arriver au bon moment pour la cueillir.

On commence à se dire que la gauche a plus de chance avec un Bayrou affublé d'une assemblée de gauche qu'on pourra peut-être lui donner en juin....

Tout se recomposerait: ça va trahir des deux côtés. Un festival de trahisons. on va voir qui est qui. La vie politique va devenir drôle. L'impensable va devenir réalité. l'UMP et le PS vont exploser, une autre machine de pouvoir se constituera, qui redonnera peut-être le goût à la politique aux presque 50% de français qui ne vont plus voter.

la vraie question est: est-on nostalgique d'un PS qui n'en peut plus ou partisan d'une vie politique reconstruite au propre après un séisme?

On peut être de gauche et se la poser.
Et c'est pour cela que tant de politiciens qui gagnent bien leur croûte dans l'affrontement stérile actuel freinent des quatre fers devant un tel changement.
C'est peut-être aussi pourquoi tant de français n'ont pas encore décidé pour qui ils allaient voter. Ils rêvent à autre chose que la routine.
Et c'est surtout pourquoi ça risque bien d'arriver.

Cécile said...

Je n'irai pas voter. Ma décision est prise depuis longtemps.